22 décembre

 

"Les contes ne sont pas faits pour endormir les enfants, mais pour éveiller les adultes"

F, comme France
LE CONTE DE LA RATE

   Il était une fois, en un certain royaume, un roi et une reine qui ne pouvaient pas avoir d'enfant. Pour compenser ce triste manque, ils adoptèrent une rate. Une jolie rate blanche. Elle était tout ce qu'il y a de plus gracieux. Propre, câline, intelligente, ne faisant nul dégât et se nichant affectueusement dans le col du roi ou le décolleté de la reine. Un amour de rate.
   Un jour, le roi dit à la rate :

- Ma jolie ratoune, je te considère comme ma propre fille. À ce titre, je te veux marier à un grand de ce monde. Y consens-tu ? J'ai pour toi plusieurs beaux partis. Des princes, des rois, et même un empereur...
- Ce n'est rien que tout cela, ô mon père le roi. Je ne veux point me marier avec un prince de ce  monde. Les hommes ne sont pas assez puissants. Ils vieillissent et meurent. Je veux épouser quelqu'un de plus haut, de plus fort, de plus grand !
   La rate, on le constate, avait des visions de grandeur. Mais le roi l'aimait bien trop pour s'en offusquer, et il se mit en quête pour elle d'un époux plus puissant que le plus puissant roi de la terre.
   Quelques jours plus tard, il vint dire à la rate :
- Ma rate, ma ratounette. J'ai trouvé pour toi un être à ta mesure ; l'être le plus puissant du monde: le soleil ! Si tu veux, je vais de ce pas lui faire ta demande.
Mais la rate, méprisante, fit la moue.
- Le soleil ? Allons donc. Il n'est pas le plus puissant du monde. Il a beau briller et rutiler vaniteusement, il suffit d'un nuage pour le masquer et l'éteindre. Trouve autre chose, ô mon père le roi.
Le roi réfléchit un moment, et dit :
- Rate, ratounette, puisque tu ne veux pas épouser le soleil, voudrais-tu épouser le nuage ?
- Non, mon père. Le nuage n'est pas assez puissant. Il suffit que le vent se lève pour le chasser au loin. Non, le nuage n'est pas assez puissant.
- Dans ce cas, ma ratoune, voudrais-tu épouser le vent ?
- Le vent ? Mais qu'est-ce que le vent ? Rien du tout. Il suffit d'une montagne pour l'arrêter. Non, je ne veux point épouser le vent.
- Alors, épouse la montagne !
- Certes non. Car il y a plus puissant que la montagne. Il y a celui qui la ronge, la grignote, la perfore, creuse en elle ses galeries et en fait son palais. Celui qui est plus puissant que l'homme, le soleil, le nuage, le vent et la montagne : le rat ! Le rat : voilà enfin un époux à ma mesure !
   Et c'est ainsi que la rate blanche du roi épousa en justes noces un rat.

Alors, le coq chanta et mon conte s'arrête là.

Edouard BRASEY Extrait de "Contes et Légendes de France - Le Bestiaire Fabuleux - 2001- PYGMALION